Tout savoir sur l’intérim !

100
Intérim

Lorsque nous nous lançons dans la vie active, le travail en intérim est une opportunité pour se forger une expérience. De nombreuses entreprises ont recours à l’intérim en cas de surcroît d’activité, pour remplacer un salarié absent, ou pour la saison. Quelles sont les particularités de ce type de contrat ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ? Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce statut ! 

 

Les spécificités du travail en intérim

Un accord national et la brochure 3212 soulignent les particularités juridiques et les droits relatifs aux personnels permanents et intérimaires des entreprises de travail temporaire.

  • En quoi consiste le statut ? Vous signez un contrat de mission avec une entreprise de travail temporaire. De son côté, l’agence d’intérim conclut un contrat de mise à disposition avec une entreprise. En résumé, vous êtes salarié de l’agence d’intérim mais vous êtes mis à disposition auprès d’une entreprise pour laquelle vous travaillez et dont vous devez respecter le règlement intérieur (horaires, conditions de travail…).
  • La durée du contrat : elle oscille entre 1 jour et 18 mois, sauf exceptions, incluant 2 renouvellements possibles. Attention, un délai de carence s’applique également entre deux contrats sur le même poste de travail. Il est fixé au tiers de la durée du précédent contrat ou à la moitié pour les contrats de moins de quatorze jours, renouvellement inclus.
  • Les droits de l’intérimaire : pendant votre mission, vous bénéficiez, en tant que salarié intérimaire, des mêmes droits que les autres salariés de l’entreprise qui vous accueille (restauration, transport, 13e mois sous conditions d’ancienneté…), sauf en ce qui concerne les avantages proposés par le Comité Social d’Entreprise (CSE). Vous dépendez en effet du CSE de l’agence d’intérim qui vous emploie. C’est aussi l’entreprise de travail temporaire qui vous permet de bénéficier d’une couverture sociale ou encore du droit à la formation, puisque c’est elle qui vous rémunère.
  • Les indemnités: Le salarié intérimaire perçoit une prime de précarité (ou indemnité de fin de mission) au moins égale à 10 % de la rémunération totale brute, et une indemnité de congés payés à la fin de sa mission.

Quelles compétences et quels secteurs ?

Faute de trouver un CDI, beaucoup de jeunes se tournent vers l’intérim, sans autre expérience préalable qu’un stage ou un job d’été. Certaines missions ne nécessitent pas de qualification particulière, comme la manutention, le nettoyage… même si les entreprises préfèrent avoir recours à du personnel ayant déjà fait ses preuves.

Les recruteurs s’appuient beaucoup sur les compétences personnelles ou soft kills des candidats (motivation, courage, persévérance, esprit d’équipe, capacité d’adaptation, autonomie…). Ce sont des qualités essentielles recherchées chez les intérimaires. De plus, la disponibilité et la réactivité sont indispensables : l’agence peut vous appeler à 18h pour une mission le lendemain à 8h.

Parmi les secteurs ayant le plus recours à l’intérim, on trouve :

  • la fabrication de matériel de transport,
  • la construction,
  • le transport,
  • la fabrication de denrées alimentaires,
  • le commerce, …

D’autres secteurs recrutent également des intérimaires mais qui sont formés, comme la métallurgie, (soudeur, frigoriste…), ou encore le BTP (maçon, plaquiste).

 

Les avantages et les inconvénients de l’intérim

Travailler dans l’intérim peut être considéré comme un tremplin vers la vie active.

 

Les avantages

Le principal atout de l’intérim est qu’il vous permet de vous constituer une première expérience et d’étoffer votre CV. Non seulement vous allez acquérir des compétences ou conforter celles que vous avez déjà, mais en plus vous pourrez décrocher une diversité de missions, auprès d’une ou de plusieurs entreprises.

  • D’une part, cela contribue à développer votre flexibilité, d’autre part, vous évitez la routine.
  • De surcroît, travailler pour différentes sociétés vous permet également de développer votre réseau professionnel. Pour une recherche d’emploi durable, cela peut vous ouvrir des portes.

Enfin, les avantages financiers font partie des éléments qui retiennent les candidats à l’intérim. Certains en font un vrai choix de carrière, notamment dans les métiers en tension comme chaudronnier. Notez également qu’entre deux missions et selon le nombre d’heures que vous avez travaillé, vous bénéficiez de droits au chômage.

 

Les inconvénients

L’un des gros points noirs du secteur de l’intérim demeure la précarité, l’incertitude vis-à-vis de l’emploi.

Aurez-vous une autre mission après celle-ci ? Votre contrat va-t-il être renouvelé ? Les périodes entre deux contrats ne sont pas toujours évidentes à gérer et il peut être difficile de se projeter professionnellement et personnellement. Quid de votre plan de carrière et de votre vie personnelle ? Comment réussir à obtenir un crédit bancaire ?

La mobilité forcée, inhérente au statut, nuit également à la reconnaissance et à la progression au sein de l’entreprise. Le seul plan de formation dont vous pouvez bénéficier étant celui de l’agence d’intérim.

 

Zoom sur le CDI intérimaire

 

Pour parer aux inconvénients du statut d’intérimaire, une nouvelle forme de contrat a vu le jour, consolidée par la loi Rebsamen du 23 juillet 2015 : le CDI intérimaire. Même si les intentions sont louables, il n’en demeure pas moins un contrat non pérenne au sein de l’agence d’intérim, puisqu’il est limité à 3 ans. En effet, l’objectif final demeure l’embauche dans l’entreprise utilisatrice, ou autre. De plus, le CDI intérimaire comporte diverses contraintes dont la baisse de la rémunération pour le salarié, qui perd sa prime de précarité, et l’impossibilité de refuser une mission. En outre, la prise des congés s’effectue essentiellement pendant la période d’intermission.

Son principal avantage est de faciliter l’accès au crédit bancaire.

 

Ainsi, l’intérim est davantage à considérer comme une opportunité pour acquérir et capitaliser de l’expérience. Si vous faites l’affaire, votre mission intérimaire pourra être suivie d’un CDD ou d’un CDI au sein de l’entreprise qui aura eu l’occasion d’évaluer vos compétences.