Le télétravail va-t-il révolutionner nos vies ?

44
Le télétravail

Dans un contexte de crise sanitaire sans précédent, les modes de travail ont changé. Du tout présentiel on est passé au 100 % distanciel ou à l’hybride. Avec la mise en place quasi systématique du télétravail dans les secteurs d’activité où cela est possible, les collaborateurs de l’entreprise l’ont adopté, en partie. Qu’en est-il vraiment de son application ? Comment va-t-il évoluer ? Voici des éléments de réponse.

Les conditions de mise en place

Pour être efficace et applicable, le télétravail nécessite de réunir certaines conditions.

Le cadre légal

Si la mise en place du télétravail s’est d’abord effectuée dans l’urgence. Aujourd’hui les entreprises ont pu revoir leurs pratiques. Notamment grâce à l’ANI signé le 26 novembre 2020 par les partenaires sociaux. L’objectif de cet accord interprofessionnel est de faciliter la mise en place du télétravail, en clarifiant les règles qui existent déjà. Car, actuellement, aucun décret n’encadre le télétravail, qui a été mis en place par l’ANI du 19 juillet 2005 et complété par la loi du 22 mars 2012 (articles L 1222-9 à 1222-11 du Code du travail).

Celui-ci est mis en place soit dans le cadre d’un accord collectif, soit dans le cadre d’une charte élaborée par l’employeur, après avis du CSE, ou encore par la formalisation d’un accord entre l’employeur et le salarié, sur la base du volontariat.

Le rôle des ressources humaines

Du point de vue de l’entreprise et des ressources humaines, cela implique également de mettre en œuvre de nombreuses actions. À commencer par l’adaptation du poste de travail, en donnant au salarié les moyens d’assurer ses missions – moyens matériels et formation aux outils. Les managers aussi doivent être formés au management à distance, afin d’accompagner les collaborateurs et maintenir une cohésion d’équipe. Il est nécessaire en effet de faire preuve d’une vigilance accrue afin de veiller à la qualité de vie au travail. Cela permet de prévenir les risques psychosociaux. Comme le stress et les états dépressifs qui sont en augmentation en période de pandémie. Le bien-être au travail passe également par le maintien de la frontière entre la vie personnelle et la vie professionnelle. En effet, le droit à la déconnexion doit être possible, même à domicile.

Autre point sur lequel l’entreprise est encore perfectible : la sécurisation des données. Avec les exigences accrues du RGPD, entre autres, il est parfois difficile d’accéder aux serveurs de l’entreprise depuis chez soi.

Les avantages du télétravail

84 % des salariés interrogés en 2018 estimaient que le télétravail améliore la qualité de vie au travail. Lorsque les modalités du télétravail sont clairement définies, l’employeur comme le salarié peuvent y trouver de nombreux avantages :

  • Des bénéfices écologiques:

Travailler à son domicile évite les déplacements et donc réduit l’émission de CO2 dans l’environnement.

  • Un gain de temps :

La suppression des temps de transport pour effectuer les trajets domicile-entreprise représente un gain de temps indéniable. Ce temps peut être utilisé au profit de sa vie personnelle, par exemple.

  • Une hausse de la productivité:

Qui dit gain de temps dit aussi augmentation de la productivité. Cependant d’autres facteurs sont à prendre en considération pour expliquer cet effet. Ainsi, une meilleure concentration favoriserait en partie une hausse de la productivité mais aussi, pour une autre part, le fait qu’en télétravail les salariés travaillent davantage. Selon une étude menée par des chercheurs de la Harvard Business School et de la New York University, les salariés en télétravail travailleraient en moyenne 48,5 minutes de plus par jour, soit plus de 4 heures supplémentaires hebdomadaires.

  • Davantage d’autonomie:

Télétravailler accroît l’autonomie, notamment dans l’organisation du travail, dans les horaires de travail et de pauses. En outre, vous avez la confiance de votre N+1, le but étant d’atteindre les objectifs fixés.

  • Un meilleur équilibre vie personnelle-vie professionnelle:

Si vous avez mal dormi, vous pouvez vous lever plus tard, et décaler d’autant la fin de votre journée de travail. Vous passez davantage de temps avec votre famille, pouvez amener les enfants à l’école ou à la crèche, déjeuner avec eux. Même si vous devez être disponible pour votre employeur sur des plages horaires pré-définies, travailler à votre domicile permet globalement un meilleur équilibre entre les temps personnels et professionnels, à condition de savoir se déconnecter.

  • Une concentration optimale:

À condition d’être seul chez soi ou de disposer d’un espace dédié, le télétravail favorise la concentration. Vous n’êtes plus dérangé par les interruptions de vos collègues ou par les bruits inhérents à l’open space.

Du côté de l’employeur, les principaux avantages sont la réduction de l’absentéisme, des retards. Mais aussi, ainsi que la diminution des coûts de fonctionnement.

Le télétravail peut-il s’installer durablement ?

Avant la pandémie du Covid-19, la mise en place du télétravail en était encore à ses balbutiements dans la plupart des entreprises. Elle était surtout effective dans les grandes entreprises, avec un ou deux jours par semaine, surtout pour les cadres. Aujourd’hui, plus ou moins tout le monde y a goûté de manière contrainte et a pu tester ses avantages et ses inconvénients.

Une érosion du télétravail

Avant la période COVID-19, 61 % des salariés aspiraient au télétravail, alors que seulement 17 % d’entre eux le pratiquaient. Les données ont changé avec la crise sanitaire, le télétravail devenant la règle pour les métiers qui le permettent. Mais après l’engouement des premiers temps, la tendance aujourd’hui est au recul du télétravail. On assiste en effet à un relâchement dans certains secteurs d’activité.

D’après une étude de Harris Interactive commandée par le gouvernement, le recours au télétravail est en baisse, début 2021. Ainsi, la 3e semaine de janvier, 36 % des salariés qui pouvaient télétravailler ont exercé dans les locaux de l’entreprise, à temps plein (contre 30 % la première semaine de novembre). De plus, la part de salariés télétravaillant à 100% de leur temps est descendue à 30% en janvier. (contre 45% en novembre 2020). Les raisons principales ? Le sentiment d’isolement, l’absence de lien social et le manque d’encadrement juridique.

Oui, mais avec un minimum de relations humaines

Si le télétravail offre des avantages certains. Mais, il présente également des risques tels que l’isolement, surtout dans le contexte sanitaire actuel. Il peut donc être un frein à la communication et à la cohésion d’équipe. Cela peut engendrer à terme une baisse de motivation. De plus, comme les études le montrent, les salariés ont tendance à travailler davantage. Cela est peut être dû probablement en raison de leur difficulté à se déconnecter. Prévenir ces risques implique un suivi régulier du manager, des réunions d’équipe en visio et des appels programmés. Pour préserver la santé mentale des salariés, le gouvernement quant à lui propose à ceux qui le souhaitent de revenir travailler au bureau un jour par semaine.

Ainsi, on est encore loin de la révolution annoncée. Entre le 100 % télétravail et le 100 % présentiel, le dialogue social a encore un rôle à jouer pour trouver un équilibre.

Face aux risques et aux difficultés rencontrées, la solution durable serait de passer à un mode de travail hybride, alternant de manière agile le présentiel et le distanciel, ou encore de recourir au télétravail uniquement un à trois jours par semaine maximum.