Le portage salarial en 6 questions

0
10
Portage Salarial

Le portage salarial permet de profiter à la fois de la liberté de l’entrepreneuriat et des avantages du salariat. Le « salarié porté » bénéficie d’une bonne protection sociale, d’une déduction des frais professionnels. Il perçoit un salaire, moyennant des frais de gestion. Quels sont les avantages et les inconvénients du portage ? Comment fonctionne-t-il exactement ? Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce statut.

En quoi consiste le portage salarial ?

Le principe est celui d’une relation tripartite entre la société de portage, votre client et vous-même, dans laquelle vous êtes salarié. Vous réalisez une prestation de service pour votre client. Vous le facturez en utilisant le numéro de SIRET de la société de portage. Mais il règle la facture à la société de portage qui vous verse ensuite un salaire. De manière schématique, la société de portage est votre employeur « administratif » (c’est elle qui vous rémunère), mais c’est vous qui prospectez et gérez la relation avec vos clients.

Qui peut être « salarié porté » ?

Le portage salarial est réservé aux métiers de service non réglementés. Ainsi, sont exclues les activités de service à la personne (aide à domicile, garde d’enfant…), de négoce (achat et vente de marchandises), les professions libérales, organisées en ordre professionnel (avocat, médecin, expert-comptable…). Sont éligibles au portage salarial les métiers de consultant en ressources humaines, formateur, chef de projet, rédacteur, consultant en marketing…

Le code du travail précise les conditions pour bénéficier du statut de salarié porté qui « dispose au minimum d’une qualification professionnelle de niveau 5 (Bac +2) ou d’une expérience significative d’au moins 3 ans dans le même secteur d’activité. » L’idée à retenir est que le salarié doit être suffisamment autonome dans ses démarches de prospection et qu’il dispose de l’expertise nécessaire pour vendre ses services à des entreprises clientes.

Quel contrat de travail ?

Vous pouvez signer un CDI auprès de la société de portage. Dans ce cas, les périodes sans mission ou sans prestation auprès de vos clients ne sont pas payées. Un CDD peut être conclu lorsque vous exercez une mission d’une certaine durée pour une entreprise cliente. En outre, vous pouvez avoir le statut d’ETAM ou de cadre. Le salaire minimum est défini dans la convention collective du portage salarial et correspond à un taux horaire minimal de 15,82 € brut pour un ETAM, ou 16,95 € brut pour un cadre.

Quels sont les avantages de ce statut ?

La liberté

Vous disposez de la même liberté d’organisation qu’un travailleur indépendant et d’horaires flexibles puisque c’est vous qui les fixez.
Financièrement, vous choisissez la somme que vous souhaitez percevoir, sous réserve du montant de votre trésorerie.

La sécurité du statut de salarié

Comme tout salarié, vous disposez d’une couverture sociale : sécurité sociale, prévoyance, cotisations retraite, congés payés, assurance chômage, mutuelle d’entreprise. Vous possédez également le même droit à la formation.

La déduction de vos frais de fonctionnement

Vous pouvez déduire vos frais de fonctionnement (téléphone, internet, fournitures…), vos frais de repas et d’hébergement, et vos kilomètres. Ceux-ci vous sont remboursés sur facture et, puisqu’ils ne constituent pas du salaire, ils ne sont ni soumis aux cotisations sociales ni imposables.

Une gestion administrative facilitée

La société de portage salarial simplifie vos démarches puisque c’est elle qui s’occupe de la gestion administrative.Elle reverse la TVA perçue, se charge des cotisations obligatoires auprès des différents organismes (sécurité sociale, URSSAF…) et des déclarations sociales. Elle remplit des missions similaires à celles d’un comptable pour une entreprise individuelle (EIRL). C’est elle aussi qui calcule votre salaire et vous envoie donc votre bulletin de paie en fin de mois, ou lorsque votre activité le permet.

Portage salarial ou micro-entreprise ?

Les points forts

Le principal atout du portage salarial est la couverture sociale dont dispose le porté, notamment, l’assurance chômage. Autre avantage non négligeable pour certaines professions, celui de déduire ses frais professionnels. Ce que ne permettent pas certains statuts dont celui de micro-entrepreneur. De plus, contrairement à ce dernier, le chiffre d’affaire du salarié porté n’est pas limité.
Pour les professionnels de la formation, vous disposez d’un numéro de formateur. Vous n’avez pas besoin de payer ou d’effectuer des démarches pour obtenir un agrément.

Les points de vigilance : le coût des cotisations sociales et des frais de gestion

Vous devez vous acquitter de frais de gestion auprès de la société de portage. Le montant peut varier beaucoup d’une société à l’autre : entre 5 % à 13 %, la moyenne se situant autour de 11 %. Mais cela revient toujours moins cher que de faire appel à un comptable.

Lorsqu’on travaille à son compte en portage, la différence entre le chiffre d’affaire réalisé et la rémunération perçue peut engendrer une certaine frustration. En effet, une fois déduits les frais de gestion et les charges sociales (cotisations employeur et salarié), vous percevrez environ 50 % de votre chiffre d’affaire brut. La logique est similaire à celle du salariat classique. Mais il est essentiel de la garder à l’esprit pour ne pas se retrouver pris au dépourvu au moment de la paie. Par exemple, pour toucher un salaire net de 1500 euros, il vous faudra réaliser un chiffre d’affaire de 3000 HT euros.

Comment choisir sa société de portage ?

Les conditions financières et les services proposés varient d’une société de portage à l’autre. C’est pourquoi, il est important de les comparer avant de signer. Vérifiez également que les taux affichés pour les frais de gestion s’appliquent aussi au statut cadre. Et, également s’ils sont valables pour tous les seuils de rémunération. En effet, certaines sociétés de portage font varier votre taux de cotisation en fonction de vos résultats. Plus vous faites du chiffre, moins vous payez de frais de gestion. Encore faut-il pouvoir anticiper son CA… D’autres sociétés, au contraire, pratiquent des frais de gestion fixes.

Les conditions de prise en charge des frais de fonctionnement sont également à étudier de près : frais réels ? En pourcentage ? Avec un plafond ?
Parmi les services proposés, certaines sociétés mettent en avant l’accompagnement des portés, d’autres la formation, d’autres la réactivité. Consultez l’annuaire des sociétés de portage salarial pour vous aider à faire votre choix.

Découvrez nos articles dans la rubrique “trouver un job / un stage