Mission humanitaire Cambodge : le rythme s’intensifie

0
467
Mission humanitaire Cambodge

Les jours s’enchaînent dans la capitale cambodgienne et défilent à vitesse grand V. Déjà 2 semaines de mission humanitaire au Cambodge achevées et une agréable routine commence à s’installer. Nous n’avons même plus besoin de réveil pour se lever : 6h30 – 7h00 aux aguets. La première semaine fut finalement peu intense comparée à la 2ème où le nombre d’enfants à soigner a doublé. Entre petits soins dentaire ou extractions nous ne voyons pas nos matinées passer. Place au week-end : nous en profitons pour rester nous reposer à Phnom Penh tout en visitant plus en profondeur la ville et ses alentours.

8 Février : Meak Bochea.

Dans une rue parallèle à notre lieu de résidence, une longue parade se prépare. Le bruit des symballes résonnent en cœur et se fait entendre à quelques kilomètres. L’odeur des encens réveillent notre curiosité. Nous sommes le jour du « Meak Bochea », une importante fête bouddhiste au Cambodge. Elle se déroule le jour de la pleine lune du 3ème mois lunaire nommé « Meak » du calendrier khmer. Les Cambodgiens se lèvent pour l’occasion très tôt le matin, et font des offrandes aux moines.
Nous décidons de nous rendre dans un lieu sacré le « Wat Phnom », où nous avons pu nous mêler aux pratiquants assitant à leurs prières et leurs offrandes.

A 17h, nous nous dirigeons vers le Preah Sisowath Quay où de nombreux bateaux proposent de petite croisière. Nous embarquons dans l’un d’eux pour une durée d’une heure sur les rives du Mékong avec deux françaises que nous avons rencontré durant notre dernier week-end. Quel plaisir de voir les dernières lueurs du soleil éclairer encore quelques instants la capitale !

Mission humanitaire CambodgeVisite à l’extérieur de la ville.

Dimanche matin direction le Monkey Temple, toujours à bord d’un tuktuk à qui nous demandons de nous attendre durant notre visite.
Les célébrations continuent dans ce temple où quelques moines munis de sacs remplis de nourriture passent auprès des habitants.
De très jeunes cambodgiens viennent à notre rencontre, nous prennent par la main et nous emmènent voir les singes. Très vite, une complicité se crée. Ils nous réclament des câlins et des bisous que nous leur donnons avec joie. Le temps de quelques photos, nous retournons à notre logement pour déjeuner et partir rapidement en direction de Oudong.
Cette ancienne capitale du Cambodge fut la résidence royale durant plus de 250 ans. Elle se situe à environ 40 kms de Phnom Penh.

Après 1h30 de trajet à bord d’un tuktuk, nous nous efforçons de garder les yeux ouverts pour ne pas s’endormir.
Pour accéder à la pagode, il faut être  vaillant et gravir des centaines de marches mais c’est une vue à couper le souffle qui nous attend en haut. En contre-bas, notre attention se tourne vers la pagode « Vipassana Dhura » qui est un centre de méditation. Nous échangeons quelques mots français avec un moine qui vient nous remercier de l’offrande que nous leur avons fait.
L’endroit est magnifique et extrêmement bien entretenu. C’est un lieu, à notre sens, incontournable.

L’AEOB Corpo Dentaire Brest  

Mission Humanitaire au Cambodge