Jules IBRAHIM, le jeune rappeur brestois passionné

314
Le rappeur brestois Jules IBRAHIM

Le jeune rappeur brestois dynamique et passionné, Jules IBRAHIM, revient une nouvelle fois avec la sortie de son nouvel EP, « Grenadine ». Jules nous a fait l’honneur de nous recevoir pour échanger autour de sa personnalité et de ses projets musicaux. On vous dit tout !

Un rappeur brestois ouvert d’esprit et plein d’énergie

Jules Ibrahim est un jeune rappeur compositeur-interprète brestois de 21 ans. Originaire de Bamako, il arrive en France dès son plus jeune âge. Très sociable avec cette « tchatch » qui lui permet de se créer de fortes affinités, Le rappeur brestois vie à 100 à l’heure ! C’est le genre de personne qui distribue de l’énergie autour de lui sans rien attendre en retour. Jules c’est également une personne haute en couleur. Son style vestimentaire traduit son caractère enthousiaste et positif et son côté épicurien. Il a envie de faire les choses sans se bloquer et en se faisant plaisir. Le jeune rappeur se dit breton avant d’être français, car c’est ici qu’il n’a cessé de grandir. Une fierté de ses origines qu’il assume totalement !

Très tôt, il met un pied dans le monde de la musique et joue plusieurs instruments les uns après les autres. Il commence avec le piano dès l’âge de 5 ans ; depuis ce jour, il ne l’a jamais quitté et affirme qu’il « fait partie intégrante de sa vie ». C’est à cet instant que la flamme artistique naît. Jules a toujours eu une appétence particulière pour le rap, mais aime découvrir de nouveaux genres musicaux que lui fait écouter sa mère. Toujours plus curieux jour après jour, il se construit grâce au rythme de la musique qui l’accompagne dans son quotidien.

Plus jeune, il participe à nombreuses colonies de vacances au cours desquelles il s’amuse à rapper pour mettre l’ambiance et répandre des ondes positives. Jules avoue avoir eu un déclique durant l’une de ces éditions. Son premier fan fut un animateur de colonie !

Il réalise ses premiers complets de rap dans la cour du lycée avec ses amis. Il s’achète même son premier micro sur Internet. En 2016, il enregistre son premier morceau. Il décide donc d’avoir un nom de scène. Ses amis le surnommaient (Big) Mic Sword, mais il décide de rester lui- même et de conserver son vrai nom : Jules IBRAHIM. Pour lui, la musique c’est, « se faire kiffer d’abord et la partager ensuite » ; c’est pourquoi il est si déterminé à y mettre tant d’énergie.

Inspiré par divers artistes

Le rappeur brestois à toujours adoré découvrir plusieurs genres musicaux. Par exemple, il a beaucoup écouté du Michael JACKSON, M POKORA, Keen V pour leur côté explosif. Il a également beaucoup écouté Dinos pour les paroles, Angel pour l’instru, Stromae pour ses productions précises et réfléchies, Big Flo et Oli pour leurs productions imagées ainsi qu’ Orelsan pour son style singulier. C’est d’ailleurs ce dernier qui permet à Jules de lui faire apprécier le rap grâce à ses punchlines. Il privilégie l’instrumental et la rythmique plutôt que les paroles dans ses écoutes, car selon lui, c’est la rythmique qui lui permet de se souvenir des paroles.

À choisir entre le Rap français et le Rap américain, Jules opte pour le rap français sans hésiter. Pour lui, le rap américain est trop similaire peu importe l’artiste. Il ressemble à des modes qui expirent rapidement. Selon lui, cela s’apparente à une course perverse à la popularité. Un artiste tel que Travis Scott fait bien entendu parti des exceptions qui confirme ses propos. À contrario, il préfère le Rap français, car il le trouve plus diversifié, plus riche. En parallèle, il écoute beaucoup de Pop pour le dynamisme et l’ensoleillement procuré. 

Pour en apprendre davantage sur ses écoutes et inspiration musicales, on l’a mis au défis de répondre à quelques questions :

  • La musique que tu écoutes quand tu te sens triste ? « Adieu bientôt » – Columbine
  • La musique que tu écoutes pour être de bonne humeur et te motiver ? « Gimme, Gimme, Gimme! » – ABBA
  • La musique que tu écoutes à fond dans la voiture ? « Save your tears » -The Weeknd
  • La musique atypique, originale que tu écoutes tout le temps ? « Sans contrefaçons » – Mylène Farmer ; Britney Spears et Madona (Psst.. ! Il est tellement fan qu’il a même leurs tee-shirts !)

Une personnalité haute en couleur

En plus d’avoir une culture musicale riche et variée, Jules est également très bien accompagné. En effet, après avoir contacté avec audace La Carène de Brest sur les réseaux-sociaux, il se retrouve aujourd’hui épaulé et conseillé par des professionnels depuis un an. L’accompagnement s’applique tant dans la réalisation artistique que dans la mise en scène de ses clips et la mise en contact avec un réseau d’artistes. Jules IBRAHIM est très apprécié par ces professionnels qui saluent sa personnalité, son style et sa détermination. Jusqu’à présent, le partenariat s’est vu ralenti par la crise sanitaire, l’avenir ne peut qu’être meilleur et annonce de grands projets… à suivre ! Le jeune rappeur est également très proche de ses amis du collège et de son cercle musical. « Les vrais se reconnaîtront » s’exclame-t-il.

Le rappeur brestois Jules IBRAHIM

Le rappeur brestois aborde les sujets de son quotidien et aime rencontrer de nouvelles personnes pour comprendre leur point de vue. Il s’inspire de la vie des autres. Par ailleurs, il aime bien avoir plusieurs couleurs à sa palette : « Comme un peintre, il faut pas faire que des tableaux en rouge , mais se diversifier pour toujours surprendre. » raconte-t-il. Il ne souhaite en aucun cas s’enfermer dans un style et restreindre sa créativité.

Dans ses clips, Jules mise à fond dans les couleurs, les contrastes et adore jouer avec ça ! « Playmobil » est d’ailleurs un clip qu’il a vraiment eu plaisir à réaliser et dans lequel il se retrouve parfaitement. « Un vrai délire de gosse ! » s’exclame Jules. À côté, on retrouve le clip « La nuit », dans des couleurs plus monochromes et dans lequel on ressent vraiment des émotions profondes. C’est à cette différence et à cette capacité de capter et surprendre son auditoire que l’on reconnaît Jules !

Un artiste entier…

Au-delà de cette appétence si particulière pour la musique, c’est l’Art avec un grand « A », qui suscite son attention. Au travers de sa musique il tente, à sa manière, d’imager sa vision du monde. Il se décrit ainsi comme étant un « peintre-écrivain qui peint le monde avec des couleurs extraordinaires ». Des couleurs que l’on retrouve tant dans sa personnalité authentique que dans sa musique.

De nature très sociable et enthousiaste, il s’inspire de ses nombreuses discussions avec son entourage et des personnes qu’il rencontre de manière générale ou encore au travers de son écoute active de la radio. Il se demande ensuite comment personnaliser le sujet abordé au travers de son regard. Il travaille ses textes de manière à ce que sa musique s’adresse directement à son auditoire.

Le rappeur brestois affirme ensuite avoir deux approches dans l’écriture de ses textes. Ses compositions musicales découlent de ses textes. Mais il lui arrive également de trouver de l’inspiration dans ses intrus sur lesquelles il adapte ses écritures dans un second temps. Peu importe le sens dans lequel Jules crée ses titres, cela témoigne de sa passion pour la musique et de sa créativité. En effet, c’est un mécanisme qu’il a su développer et perfectionner avec le temps depuis l’obtention de son diplôme de BAC+3 en communication en 2019.

L’écriture est un travail précis et minutieux, qui nécessite une attention particulière pour assurer la bonne transmission du message. Il lui arrive d’écrire un titre d’une traite, en un seul soir. D’autres fois, il s’agira de patienter deux jours pour le peaufiner. Une chose est certaine, il ne force jamais sa main à écrire plus vite que ce que son esprit lui apporte.

…avec sa propre vision

Par ailleurs, à l’image de son caractère dynamique, il aime surprendre son auditoire. Que ce soit au travers des thématiques traitées, dans la rythmique ou même sur la pochette de ses albums haute en couleur, Jules n’hésites pas à casser les codes ! Comme il le dit si bien, « surprendre c’est faire plaisir aux autres et se faire plaisir ! ».

Comme tout bon artiste, Jules s’intéresse à l’histoire de la musique et à son évolution. Il voit la musique et plus particulièrement le rap comme comme étant, des cycles qui s’influencent avec le temps. Pour illustrer ses propos, Jules explique « qu’il n’y aurait pas la new school que l’on connaît aujourd’hui, sans la old school de NTM, IAM.. etc ». À méditer !

La situation de crise sanitaire en France ne l’a pas épargné. Le premier confinement n’a pas été trop néfaste pour lui, mais Jules affirme que le second lui a « mit un coup au morale » jusqu’à remettre en question ses projets artistiques et sa place dans la musique. Il s’est même demandé si c’était le (bon) moment de s’y investir. « En pesant le pour et le contre » et avec l’aide de ses proches, il a retrouvé la motivation pour poursuivre ses rêves. « Ce n’était qu’une mauvaise passe, il fallait que je remonte en selle. Heureusement que ma famille et mes amis étaient à mes côtés dans ces moments difficiles. Je suis vraiment content et je suis super excité pour la suite ! » affirme Jules. Une belle preuve de courage !

À ne surtout pas manquer !

Pour cette année si particulière, on lui souhaite la santé et des retombées
positifs à ses projets qui construit année après année.
L’un des objectifs de cette année, c’est l’EP « Grenadine », disponible sur de nombreuses plateformes de musique. Dans ce nouveau projet, il aborde ses sentiments personnels les plus intenses. Une nouvelle pierre à l’édifice qu’il souhaite partager avec vous !

Pour suivre Jules IBRAHIM sur les réseaux sociaux, c’est ici :

Instagram : julesibrahimm

Youtube : Jules Ibrahim

Sa musique :  « Malade » 

Pour plus d’actualités rendez-vous sur notre blog !