Faire ses études dans le Finistère : les grandes orientations

0
35

Brest accueille chaque année plus de 24000 étudiants avec une offre de formation de plus en plus variée. De plus, si de nouvelles écoles et de nouveaux cursus fleurissent sur le territoire finistérien, la plupart des établissements sont situés à Brest métropole, ainsi qu’à Quimper et à Morlaix.

Avec un panel de formations aussi étendu, il peut être difficile de choisir son orientation après le Baccalauréat pour effectuer ses études post-bac. Voici un classement des principaux établissements et quelques conseils pour vous aider dans votre choix.

Trouvez votre mode de formation : école, formation
courte ou université ?

En fonction de la filière vers laquelle vous souhaitez vous diriger, plusieurs opportunités et modalités d’apprentissage s’ouvrent à vous dans le département. Selon votre profil, mais aussi votre projet professionnel, il peut être judicieux de vous demander si vous devez opter pour une université, une grande école ou une formation plus courte, de type BTS ou DUT.

De plus, rien ne vous empêche de commencer par une formation courte professionnalisante de type BTS ou DUT et d’intégrer par la suite une licence professionnelle ou une école via les admissions parallèles.

L’université de Bretagne occidentale (UBO)

L’université de Bretagne occidentale propose plus de 130 spécialités de licence et master, 42 licences professionnelles, 16 DUT… Les formations professionnalisantes y sont de plus en plus développées, avec des formules en alternance et des stages.
L’avantage de l’université est qu’elle est accessible à tous les bacheliers, sans sélection préalable. Cependant, faire ses études à l’université implique d’être autonome, de savoir travailler seul et gérer son temps.

Instituts et écoles de l’UBO :

Unités de Formation et de Recherche (UFR)

Écoles d’ingénieurs, de management et d’arts

Polyvalent, l’ingénieur a en charge des projets complexes d’ingénierie dans différents domaines. Il doit être capable de concevoir et mettre en oeuvre des innovations, qu’il s’agisse de processus, de produits ou de moyens…

Les écoles d’ingénieurs s’adressent principalement aux profils scientifiques et techniques. Elles forment des ingénieurs souvent « généralistes » mais il existe aussi des écoles  spécialisées, notamment en agroalimentaire. De plus en plus d’écoles privées affichent une offre avec un cycle « ingénieur ». Il est donc essentiel, avant de prendre une décision, de comparer les programmes, les modalités d’admission, le coût et les débouchés. Notez que la plupart des écoles sont ouvertes à l’international.

Les écoles d’ingénieurs ou les écoles spécialisées possèdent généralement plusieurs niveaux d’admission : post-BAC, post-prépa ou admissions parallèles. Leurs modalités d’accès diffèrent également et la sélection à l’entrée peut s’effectuer sur concours, dossier, entretien et tests oraux, qui nécessitent une préparation.

Les écoles du Finistère (Brest) :

  • IMT Atlantique, École d’ingénieurs en sciences et technologies de l’information
    ENIB, l’école nationale d’ingénieurs de Brest, forme en 5 ans des ingénieurs généralistes dans les domaines de l’électronique, de l’informatique et de la mécatronique en lien avec une recherche de haut niveau. (admission sur concours).
  • ENSTA Bretagne École nationale supérieure de techniques avancées Bretagne.
  • ISEN L’institut supérieur de l’électronique et du numérique de Brest forme des ingénieurs des hautes technologies et du numérique, accessible après le BAC (école d’ingénieurs en 5 ans, avec 5 cycles post-BAC : généraliste, informatique, biologie, économie, environnement).
  • l’École navale forme des officiers mais également des étudiants civils (niveau Master).
  • Brest Business School, École de commerce de Brest
  • EESAB École européenne supérieure d’art de Bretagne (BAC + 3 à BAC + 5) à Brest et
    Quimper.
  • Brest open campus réunit 5 écoles privées dans les domaines de l’informatique, du tourisme, du management, de la communication et du digital : Epsi, IEFT, Ifag, Sup de com, digitale school.
  • CESI, école à Brest (cycle ingénieur et formations de Bac + 2 à Bac + 6 dans les domaines du BTP, du management, des ressources humaines, de l’informatique et du numérique, de l’industrie et des services, marketing digital, QSE, des systèmes embarqués.
  • Web digital school, école en informatique, web et digital marketing. Formations certifiantes de BAC + 2 à BAC + 5.

Les écoles du Finistère (Quimper) :

Formations post-BAC

La plupart des lycées proposent des formations post-BAC avec des BTS (sections de
techniciens supérieurs, secteurs industriel et tertiaire) et des préparations aux concours des grandes écoles (classes préparatoires). On trouve également d’autres types de formations :

L’apprentissage au niveau post-BAC, c’est possible !

Si vous aimez le concret et voulez vous retrouver rapidement sur le marché du travail, sachez qu’il existe également des formations supérieures en apprentissage, entre autres à Kerliver mais aussi à l’IFAC/ CFA de Brest – Campus des métiers, qui propose des formations en apprentissage du CAP au BTS. Il existe également des cursus d’ingénieurs en apprentissage, notamment à l’IFRIA.

Ce type de cursus possède de nombreux avantages dont celui de réduire considérablement le coût de vos études puisque en étant en alternance, la formation est gratuite pour vous et vous bénéficiez d’une petite rémunération. Vous apprenez également votre futur métier directement sur le terrain où vous passez davantage de temps qu’en centre de formation. Cela vous permet donc d’acquérir de l’expérience et des compétences que vous pourrez ajouter à votre CV. C’est aussi l’occasion, si vous tombez dans la bonne entreprise et que vous faites vos preuves, de trouver votre futur employeur.

Quel financement ?

Choisir sa formation c’est aussi prendre en compte le financement des études. Sur critères sociaux, vous pouvez bénéficier d’une bourse d’état mais celle-ci ne constitue qu’une aide partielle. En effet, l’inconvénient majeur des écoles reste leur coût élevé (sauf les écoles publiques telles que l’ENIB). À plus ou moins 10 000 euros l’année, cela nécessite dans la plupart des cas d’avoir recours à un prêt étudiant. Certaines écoles ont mis en place leurs propres bourses, sur critères académiques et sociaux, mais elles ne couvrent pas tous les frais. Il existe également des partenariats avec les banques pour faciliter les emprunts.

Dans le cadre du contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, c’est l’entreprise qui paie la scolarité. De plus, vous percevez une rémunération. Vous touchez un pourcentage du SMIC, variable selon votre âge.

Si vous optez pour des études à l’université, vous pourrez, selon les filières (en fonction du nombre d’heures hebdomadaires) exercer un job étudiant en parallèle (surveillant, vendeur, cours particuliers…)

Les débouchés et les secteurs qui recrutent

Si vous hésitez encore sur la filière ou la spécialisation vers laquelle vous diriger pour vos études, voici quelques pistes parmi les secteurs qui embauchent dans le Finistère et en Bretagne. D’une manière générale, les entreprises ont des difficultés à recruter. Le problème souligné le plus fréquemment est l’inadéquation entre les profils des candidats et les emplois proposés. C’est pourquoi il est important de choisir son orientation en fonction des postes que vous souhaitez occuper et qui sont disponibles sur le marché.

Pour les diplômés de BAC + 2 à BAC + 8… les débouchés se trouvent, entre autres, dans
l’informatique, le numérique, la recherche et développement. L’informatique et la digitalisation sont en effet des domaines déficitaires, à la recherche de candidats d’un certain niveau (développeurs, ingénieurs, chefs de projets informatiques).

D’autres secteurs recrutent tels que l’hôtellerie et la restauration, l’agriculture, l’industrie
agroalimentaire, la métallurgie, le bâtiment (chef de chantier), les transports (cadres des transports), l’aéronautique, la banque et les assurances. Enfin, dans le domaine de la santé, on manque également d’aides-soignants et d’infirmiers.