Matmatah au festival du Bout du Monde - #BDM 2018 - FINISTERE 2.9

Matmatah au festival du Bout du Monde – #BDM 2018

Exposition Mélodie Montes Villaverdé
Mélodie Montes Villaverdé – Artiste Peintre
6 août 2018
Interview d’Elida Almeida – #BDM 2018
9 août 2018
Tout afficher

Le groupe brestois Matmatah souffle sa vingtième bougie cette année. 2018 est également l’année de leur retour au Festival du Bout du Monde. Détendus et plein d’humour, les membres du groupe nous rencontrent pour parler de leur musique.

Le festival du Bout du Monde, niché au coeur de l’été, c’est trois jours de musique, trois jours de partage et de bonne humeur. Là où finit la terre, sur la presqu’île de Crozon, le temps semble suspendu et les horizons confondus. Un monde à part où les airs venus d’ici et d’ailleurs se mélangent pour le plaisir des festivaliers.

Après avoir enflammé les Vielles Charrues et de nombreuses scènes françaises en 2017, Matmatah revient en terre finistérienne pour électriser le Bout du Monde. Pari tenu, vendredi soir, tous les yeux étaient rivés vers la scène Landaoudec. Le public était nombreux, les générations mixées mais c’est l’unité qui nous a marqué.

Aux sons de « Lambé An Dro », « Emma », « L’Apologie » la foule s’embrase. Chants, sauts, danses improvisées, une vague d’euphorie s’installe.
Les jeunes connaissent Matmatah aussi bien que leurs parents bien qu’ils soient parfois plus jeunes que les titres qu’ils reprennent à tue-tête.

Cet engouement de la jeunesse pour leur tubes a d’abord surpris Matmatah mais ils en sont très fiers. Ils sont heureux que leur public s’agrandisse et remarquent que certaines chansons plaisent peu importe l’âge, la langue ou la culture.

D’ailleurs, ce sont les mêmes chansons qui fonctionnent d’un pays à l’autre. Le groupe évoque ses tournées à l’étranger. Ils ont rencontré la diaspora bretonne à New-York par exemple. Mais certains pays les ont plus marqués. Partis sur les routes de l’Inde pendant un mois, ils gardent à l’esprit un voyage fort  qui laissera sûrement des traces sur leur musique.

Le groupe évoque également Saint-Pierre et Miquelon. Le concert qu’ils y avaient prévu est rapidement complet, le groupe est obligé de prévoir une deuxième date. Ils sourient à l’idée d’avoir joué devant la moitié de la population de l’île en deux jours.

Pour la suite, Matmatah compte bien continuer de faire lever les foules. C’est plein de projets qu’ils poursuivront leur aventure en France et à travers le monde mais sans jamais oublier leurs terres bretonnes.

justo libero Curabitur non et, eget