Interview de TEHO à Panoramas 22 - FINISTERE 2.9

Interview de TEHO à Panoramas 22

Interview Maevan : Renc’Arts Hip-Hop 2019
3 avril 2019
Vintage Factory : une nouvelle friperie à Concarneau
25 avril 2019
Tout afficher

Rencontre avec TEHO à quelques heures de son passage sur la scène Sésame du festival Panoramas à Morlaix. Le jeune artiste originaire de Montpellier revient sur son parcours et sur les influences de sa musique. L’artiste évoque la création de son label Labo T qu’il  a nommé en clin d’œil à son métier de cuisinier où l’esprit « labo » prenait tout son sens.

FINISTERE2.9 : Peux-tu décrire ta musique en quelques mots ?

TEHO : Je dirai techno mais pas la techno brute, plutôt une techno mélodique avec plein d’instruments acoustiques. C’est un format un peu hybride, difficile à mettre dans une case mais qui reste de la musique électronique.

FINISTERE2.9 : Si tu devais citer deux artistes qui t’inspirent dans la musique électro ?

TEHO : Ma plus grosse influence c’est clairement Daft Punk. Bien que ça ne se retranscrive pas trop dans ma musique. Sinon Rone, j’aime beaucoup.

FINISTERE2.9 : Avec qui souhaiterais tu collaborer?

TEHO : Il y en a tellement que je ne saurai pas donner un nom. Surtout dans des styles très différents pour apporter quelque chose de nouveau dans ma musique. Au final dans la musique électronique, on peut avoir peur de rester enfermer dans une boucle. Donc je suis vraiment ouvert à toutes possibilité. Je suis à la recherche d’univers différents. J’essaye d’incorporer dans ma musique beaucoup de choses abstraites, des sonorités orientales, etc… Je mélange de nombreuses influences et j’essaye d’en faire quelque chose qui me touche et me ressemble.

La musique orientale par exemple, c’est vraiment quelque chose qui m’influence. On retrouve des sonorités et des instruments orientaux dans beaucoup de mes morceaux.

FINISTERE2.9 : Comment et quand as-tu décidé de faire de la musique ton métier?

TEHO :  On en revient à Daft Punk. En 2006, ils ont fait un live aux arènes de Nîmes. Comme j’habite Montpelier ce n’était pas loin, on a décidé d’y aller avec toute une bande de copains. Le show était tellement incroyable, autant musicalement que visuellement. Tout était impressionnant. C’est la claque de ma vie, clairement. Je pense que je n’ai rien vu de mieux. C’est ce qui nous a motivé (un ami et moi), à nous lancer dans la production musicale. On a commencé à créer nos propres sons. On a pris le premier logiciel qui est arrivé, on a bidouillé et, de fil en aiguille on s’amusait tellement que c’est devenu sérieux.

A l’époque, un petit label parisien qui n’existe plus m’avait trouvé sur Soundcloud et m’avait contacté pour produire un de mes morceaux. C’était vraiment un sentiment incroyable d’être sollicité par un label. J’ai signé mes premiers morceaux et depuis je n’ai jamais lâché.

FINISTERE2.9 : Comment fais-tu pour trouver les inspirations d’univers différents?

TEHO : Quand je voyage, j’ai toujours mon micro portatif avec moi. Dès que j’entends un son nouveau, je le sors et j’enregistre. Même si ce que je capte ne sera pas la son définitif, j’aime me servir de ce que j’entends en voyage.

J’utilise aussi Youtube. C’est un bon moyen pour découvrir de nouvelles choses.

FINISTERE2.9 : Quel est ton meilleur souvenir sur scène ?

TEHO : On me pose souvent la question et c’est très difficile de définir UN meilleur souvenir.  Il y a toujours une alchimie particulière lors des concerts.

Je vais quand même en citer un, la semaine dernière j’étais à la Bellevilloise à Paris et c’était un moment incroyable. Il y a une alchimie avec le public. C’est une petite salle assez intime ce qui a permis de créer une proximité et une énergie incroyable.

FINISTERE2.9 : Qu’est ce qui te plaît dans le festival Panoramas?

TEHO : J’entends parler du festival depuis des années. C’est un festival mythique et le public breton est réputé pour être chaud. Je suis ravi d’être là et j’ai hâte de jouer.

FINISTERE2.9 : Tu as lancé ton propre label, collaboré avec le cercle, ta programmation est bien remplie… C’est quoi la suite?

TEHO : L’aboutissement de tout ça serait un album. Ça fait deux ans que je bosse sur beaucoup de morceaux et que j’essaie de raconter une histoire. Je suis très exigeant avec moi-même donc ça prend beaucoup de temps. Je ne sais pas si je serai suffisamment satisfait un jour pour que l’album voit le jour. En tout cas je le souhaite.

FINISTERE2.9 : Ta collaboration avec le cercle a bien fonctionné, peux-tu nous expliquer comment ça s’est passé?

TEHO : Mon manager est originaire de la ville d’Apt, tout près de l’endroit où le clip a été filmé. (ndlr : la vidéo a été tournée dans le Colorado provençal dans le Luberon).  Il imaginait très bien ma musique dans cet environnement. Je ne connaissais pas du tout le lieu, je ne savais même pas qu’un endroit comme ça existait dans le sud de la France. C’est magnifique. C’est beau dans la vidéo mais en vrai c’est juste incroyable. C’est donc mon manager qui a proposé le projet au cercle. Ils ont adoré aussi bien la musique que l’endroit. C’est comme ça que ça c’est fait.

FINISTERE2.9 : Si tu devais donner un conseil à un jeune qui rêve de se lancer ?

TEHO : Avoir de la patience. Mais surtout rester fidèle à ce qu’on aime. Quelqu’un qui souhaite créer de la musique doit avoir son univers et son image. Le meilleur conseil que je peux donner c’est de rester authentique.

elit. ut amet, Phasellus consequat. at leo Curabitur luctus pulvinar et,