Daara J Family - Interview - #BDM 2018 - FINISTERE 2.9

Daara J Family – Interview – #BDM 2018

FINISTERE 2.9 photo-naaman-2-80x80 Daara J Family - Interview - #BDM 2018
Naâman – Interview – #BDM 2018
10 août 2018
FINISTERE 2.9 MAYWAY-cover-80x80 Daara J Family - Interview - #BDM 2018
Rencontre avec MAYWAY – Brest Fashion Week 2018
9 octobre 2018
Tout afficher
FINISTERE 2.9 photo-article-daara-j-960x480 Daara J Family - Interview - #BDM 2018

Daara J Family a répondu à nos questions samedi 4 août au festival du Bout du Monde. En effet, Faada Fredy et N’Dongo D étaient réunis pour répondre à nos questions avant leur concert de samedi soir.

Daara J Family : un cocon pour Faara Fredy et N’Dongo D

Les deux artistes sénégalais se retrouvent pour un nouvel album de leur groupe Daara J Family après avoir mené chacun leurs projets seuls.

Faada Fredy est le premier à prendre la parole. Il explique qu’il a eu beaucoup de plaisir à faire son album et sa tournée solo. C’est pour lui une expérience enrichissante qui lui permet de retrouver son « cocon familial » (Daara J Family) avec plus de maturité. Pour lui, cette expérience en solo va lui permettre d’apporter davantage au groupe.

La mission du groupe est de créer un pont, un brassage entre les cultures, les religions. Pour Faada Fredy, son expérience personnelle va lui permettre de faire grandir cette mission de rassemblement.

N’Dongo D abonde dans le même sens et explique que leurs projets individuels ne se dissocient pas du projet collectif. Les deux hommes se considèrent comme des frères de « son ». Ils nous expliquent qu’ils ont grandi ensemble et qu’ils ne se séparent jamais longtemps.

Daara J Family, c’est leur cocon, leur cellule familiale. Ils collaborent et se supportent mutuellement dans leurs projets individuels. Ils ont construit bien plus qu’un groupe de musique ensemble.

Un groupe engagé

La musique de Daara J Family est un moyen d’exprimer leurs engagements. Faada Fredy et N’Dongo D s’impliquent notamment pour la protection de l’environnement. Ils se sentent responsable de ce qui se passe actuellement, ils appellent à une conscience collective et citent même Rabelais : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

Leur album aborde également l’éducation, la liberté et l’impact des réseaux sociaux sur l’équilibre social. Dans leurs chansons, ils abordent des thèmes qui leurs tiennent à cœur. Ce sont des thèmes universels qui parlent à l’humain et dépassent les cultures.

Les deux hommes utilisent leurs voyages, leurs expériences pour parler de ce qu’ils voient et se projeter dans le futur. Ils tentent toujours de dépasser la  critique et proposent des solutions.

Au-delà de la musique, le groupe essaie de donner l’exemple et d’agir pour ses convictions. Les artistes soutiennent des associations qui travaillent notamment pour la protection et l’amélioration des conditions de vie des enfants. Ils produisent également des artistes africains et aident des entrepreneurs locaux.

C’est aussi ça le festival du Bout du Monde : parler de sujets importants mais en musique et avec le sourire.