EAGLE EYE CHERRY - Une rencontre au bout du monde - FINISTERE 2.9

EAGLE EYE CHERRY – Une rencontre au bout du monde

CIMAFUNK – une rencontre au bout du monde
2 août 2019
JENNY & THE MEXICATS – Une rencontre au bout du monde
3 août 2019
Tout afficher

FINISTERE 2.9 : Pouvez-vous décrire votre musique en quelques mots ?

Eagle Eye Cherry : J’ai l’habitude de dire rock-pop avec un petit peu de blues par dessus. 

FINISTERE 2.9 : Quelles sont vos inspirations musicales ?

Eagle Eye Cherry : La vie m’inspire, tout ce qui se passe autour de moi. Je m’inspire de tous les sons autour de moi, j’en trouve n’importe où, parfois certains s’imposent à moi. Mais évidemment la musique est ma plus grande inspiration. Juste m’asseoir et jouer de la guitare peut me faire écrire une chanson. J’ai grandi entouré de musique, mon père était un jazzman, j’ai toujours été entouré par la musique. 

La musique c’est la vie. C’est comme manger, respirer, aimer, vivre… Je ne pourrai pas vivre sans musique. Je n’aurai plus de raison, plus d’intérêt, plus de but. 

FINISTERE 2.9 : Pouvez-vous nous parler de votre nouvel album ? En quoi cet album est différent des autres ?

Eagle Eye Cherry : Mon nouvel album est un nouveau commencement. C’est ce qu’on peut appeler un « comeback », je suis parti pendant un très long moment. J’étais arrivé à un point où je voyageais et j’étais en tournée pendant tellement longtemps, j’avais fait tout ce dont je pouvais rêver, ma « Bucket list » était complète, j’avais fait tous les festivals, toutes les émissions télé, et puis j’ai juste senti que j’avais besoin de faire un break. 

Je pensais que cette pause serait brève parce que j’adore mon métier mais en fait ça a été de plus en plus long et plus je devenais anonyme plus j’appréciais. Et puis la scène a commencé à me manquer. Chanter, jouer devant le public comme je vais le faire ce soir. J’ai commencé à écrire un nouvel album. Et j’ai adoré, j’ai commencé à vraiment m’investir. Je me suis dis que ça allait vraiment être un album génial. 

Je suis remonté sur scène et je me suis demandé pourquoi j’avais arrêté. J’adore vraiment faire ça. L’album est vraiment un nouveau départ. C’est un album sur les souvenirs, regarder dans le rétroviseur, s’arrêter et commencer à nouveau. 

FINISTERE 2.9 : Qu’est ce qui vous a motivé à produire un nouvel album, et à remonter sur scène ? 

Eagle Eye Cherry : Ma plus grande motivation c’est la scène. J’adore écrire et composer mais j’ai plein d’amis producteurs qui passent leur vie dans leur studio et je ne pourrai jamais faire ça. Pour moi, il doit y avoir un but et le but c’est la scène. C’est la finalité. 

Je ne sais pas si c’est parce que j’ai grandi avec le Jazz, car le Jazz c’est la scène, c’est jouer en live. Pour moi c’est ça le sens de la musique. 

 FINISTERE 2.9 : Vous allez jouer ce soir, qu’est ce qui vous plaît dans les festivals ?

Eagle Eye Cherry : Ce que j’apprécie le plus dans les festivals c’est de pouvoir entendre d’autres artistes. C’est là qu’on peut rencontrer des musiciens qu’on voulait rencontrer ou même qu’on ne savait pas qu’on voulait rencontrer. 

Ce qui est génial aussi c’est de jouer devant des foules aussi grandes. Regarder en avant de la scène et voir autant de gens. Mais j’adore les petites salles aussi, c’est plus intime et on a plus de contact avec le public, on en est plus proche de plein de façons différentes.  Je n’aimerai vraiment pas avoir à choisir entre les deux. Mais un jour comme ça, avec le soleil, la chaleur et la bonne ambiance, les festivals l’emportent. 

FINISTERE 2.9 : Vous venez d’arriver au festival du Bout du Monde, qu’est ce qui vous plaît au festival ? 

Eagle Eye Cherry : Je sens vraiment une bonne énergie. En arrivant, on avait presque l’impression de conduire pour le festival de Woodstock. C’est vraiment relax. La nature est très belle. Et jusqu’à présent tout se passe super bien. 

FINISTERE 2.9 : Quel est le programme de votre été ? Quelles sont vos prochaines dates ? 

Eagle Eye Cherry : On a encore une date en France, un festival à la fin du mois d’août. Après ça, on a encore quelques dates en Europe et puis c’est le Japon et on finit par le Brésil. 

FINISTERE 2.9 : Quels conseils vous donneriez à un jeune qui rêve de se lancer ? 

Eagle Eye Cherry : Le meilleur conseil est de s’assurer de faire la musique que vous voulez faire. Quelques fois ça prend du temps pour trouver mais c’est tellement important de ne pas faire de compromis et de rester fidèle à ce que vous êtes. A la fin de la journée, c’est vous qui êtes là à parler de votre musique, c’est votre nom qui est dessus. 

Les gens ont beaucoup d’opinions différentes sur la musique. Si vous faites des compromis pour vous adapter à ce que les autres vous disent de faire et que ça ne fonctionne pas, c’est beaucoup plus difficile. Si vous faites exactement ce que vous voulez faire, si ça marche c’est fantastique, et si ça ne marche pas, au moins vous aurez fait ce qui vous plaisait. 

Trouvez votre voix, trouvez ce que vous voulez faire dans la musique. Cela peut prendre du temps, soyez patient, vous n’aurez peut-être qu’une seule chance pour faire bonne impression. 

FINISTERE 2.9 : Vous avez-dit plus tôt que vous avez complété votre « Bucket list » artistique mais avec votre retour et votre nouvel album, y a-t-il une nouvelle « Bucket list »? 

Eagle Eye Cherry : Je suis en train de le faire, je le vis. La nouvelle « Bucket List » c’est simplement de revenir et de voir qui est présent, si quelqu’un veut entendre ma musique. Et le but c’est de repartir et d’être capable de faire une tournée. C’est mon seul objectif. C’était génial d’être connu à travers le monde, d’être très demandé et très célèbre mais je n’ai plus envie de ça. Je veux simplement prendre la route, faire des concerts et faire ce que j’aime. Je veux être sur scène, communiquer avec les gens et prendre du plaisir. 

non ipsum libero eget dolor accumsan quis quis, amet, dictum Curabitur dolor.