Le parcours d’un navigateur Mini Transat 2021

0
359

« Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ». Tel est l’adage de Niels Boucard, jeune skippeur de 23 ans, qui rêve de la Mini Transat. En effet, pour lui cette citation reflète parfaitement le projet d’une course au large. « La Mini Transat est une course solitaire mais s’il n’y a pas d’équipe derrière il est impossible de traverser » !

Niels a pour ligne de mire le parcours de Michel Desjoyeaux. Il raconte : « j’aurais bien aimé connaître l’époque de ces grands navigateurs. Mais je préfère la voile d’aujourd’hui car c’est plus sécurisé, plus rapide et plus connu. Pour être formé à l’école du large, tous les grands marins sont passés par la Mini Transat. Le mot d’ordre c’est « passe ta mini d’abord ». »

Sa résolution ? Se donner les moyens de participer à la Mini Transat 2021

Riche de ses origines Hollandaises et Nantaises, Niels a toujours eu un lien très fort avec le milieu marin. Lorsqu’il déménage en Bretagne à l’âge de 12 ans, c’est naturellement qu’il s’intéresse aux sports nautiques. Son projet de course au large se dessine petit à petit et passe du rêve à la réalité !

La Mini Transat est son premier projet qu’il gère seul. « La Mini Transat c’est à la fois la recherche de performance et la création de liens avec un sponsor. »

La Mini Transat est une course transatlantique en solitaire et sans assistance. Elle s’effectue à bord d’un voilier de 6,50 m. Elle a lieu tous les 2 ans. Les concurrents de la Mini Transat ne disposent que du minimum technique indispensable pour traverser l’Atlantique.

Selon lui, la Mini Transat, en 5 mots c’est :

  • Compétition
  • Voyage
  • Dépassement de soi
  • Bonne humeur
  • Partage

Le parcours, les qualités et les besoins pour devenir navigateur

Cette envie de se consacrer pleinement à sa passion se perçoit jusque dans son parcours de formation. En effet, il s’engage dans un programme sport étude natation. Puis, valide son Bac S avant de poursuivre ses études avec un BPJPES (Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l’Éducation
Populaire et du Sport). Ce diplôme lui permet de transmettre sa passion en devenant formateur aux Crocodiles de l’Elorn.

Selon Niels, les qualités essentielles d’un navigateur sont :

  • Avoir du sang froid : pour pouvoir prendre du recul
  • Se connaitre : connaitre ses capacités pour rester dans la maitrise
  • Etre malin : pour avoir un coup d’avance sur ce qui peut se passer
  • Continuer à apprendre : « j’ai beaucoup à apprendre en terme de météorologie, mécanique. C’est pourquoi, je vais dans des centres d’entrainement »

Etre navigateur c’est aussi devoir trouver des financements pour pouvoir vivre de sa passion. Pour se faire, il faut que Niels puisse réunir 90% du budget avant le départ de la course ! Il recherche des entreprises motrices dans le secteur de Brest qui souhaitent développer et s’investir pour le territoire. Une cagnotte en ligne sera créée après les fêtes afin de partager avec sa collectivité son aventure.

La journée type de Niels Boucard

« Le nom mini c’est juste celui de la course, car il n’est pas valable en terme d’investissement humain et financier ».

La journée type de Niels commence vers 8h30-9h. Puis, il entame une course à pied ou une séance de musculation. Ensuite, il se consacre aux relations avec ses partenaires avant d’entamer ses séances d’entrainement de navigation. Ses spots de navigation préférés sont « la plus belle rade du monde » et la Trinité. « Je reste dans ma zone de confort en début d’année et après je vais m’entraîner entre Concarneau et Lorient. »

L’hiver est une période idéale puisqu’elle lui permet de se confronter à des conditions rudes et de tester le matériel. L’objectif premier est de bien connaître son matériel. Son voilier ne lui appartient pas. Il loue un bateau qui a déjà participé à la Mini Transat.

Vous pouvez suivre son aventure sur sa page Facebook « Niels Boucard – Objectif Mini Transat 2021 » et prochainement sur son site internet.