Bilan de la première semaine au Cambodge

0
346
Bilan de la première semaine au Cambodge

Bilan de la première semaine au Cambodge. Vendredi 31 janvier, il est bientôt midi, notre premier week-end en dehors de Phnom Penh approche. Tous les jeunes adolescents de l’école « Transform Cambodia » ont été soignés. La classe retrouve le tuktuk « king size » qui les attend à l’extérieur pour rentrer chez eux. Malheureusement il n’y a pas assez de place pour tout le monde, un des adolescents a anticipé le coup en venant en scooter ce matin. L’accompagnatrice n’hésite pas une seconde à monter à l’arrière, sans casque bien entendu… Nous assistons à la scène en souriant !

Au dispensaire

Avant cette classe, nous avons reçu les cadets de la même école. Âgés de sept ou huit ans, les enfants sont d’un courage remarquable. Ils attendent patiemment leur tour sans montrer d’anxiété particulière à l’idée de se faire soigner sur le fauteuil du dentiste. L’enseignante n’est pas vraiment présente, elle attend à l’extérieur mais aucun ne la réclame. Quand leur tour arrive, on échange quelques mots en anglais avec eux, une langue qu’ils commencent à maîtriser dès le plus jeune âge (leur langue maternelle est le Khmer).

 

La plupart du temps, hormis pour les extractions, nous ne faisons pas d’anesthésie. Après une brève explication de l’acte prévu grâce à la traduction des assistantes, les enfants prennent sur eux. Rares sont ceux qui crient et encore plus ceux qui refusent de se faire soigner. On peut parfois voir une larme ruisseler le long de leur joue. Pendant le soin les enfants portent des lunettes de soleil afin de protéger leurs yeux du scialytique et d’éventuelles projections. Cela peut être perturbant du fait que celles-ci nous empêchent de percevoir l’émotion à travers leur regard.

 

Les assistantes sont de jeunes femmes khmers. Lors d’un verre partagé avec Jean Gainet, un dentiste français, membre actif de l’association Cambodia World Family, nous réalisons qu’au delà de prodiguer des soins, l’ONG permet aussi de créer de l’emploi. En effet, on compte sept ou huit assistantes présentes tous les matins pour préparer le matériel, le stériliser et nous aider au fauteuil. Elles n’ont pas de diplômes spécifiques, elles apprennent le métier « sur le tas ». Elles reçoivent un petit salaire qui permet d’aider leur famille dans un pays ou il est compliqué d’être une femme. Les choix de vie sont limités : les femmes travaillent dans les champs, vendent sur le marché ou élèvent leurs enfants à la maison…

 

Malheureusement pour certaines d’entres elles, dès l’adolescence, la voie de la prostitution s’avère être une manière de gagner de l’argent pour subvenir aux besoins de leur famille. Nous l’avons constaté de manière choquante en se promenant en ville.  

 

Découverte du Cambodge

 

Ce week-end, on s’éloigne de la pollution de la capitale pour prendre la direction le sud du pays. Il nous aura fallut six heures de route, plutôt mouvementées pour rejoindre la ville de Kampot. Nous logeons dans des petits bungalows aux allures paradisiaques sur le bord de la rivière Preaek Tuek Chhu. Le samedi matin départ en tuktuk pour la ville de Kep avec plusieurs arrêts sur le chemin. Grottes, marais salants et plantations de poivre au programme. Nous avons notamment visité « La Plantation », une entreprise, créée par un couple Franco-Belge, qui est spécialisée dans la culture du poivre. Kampot présente l’un des meilleurs environnement du monde pour le cultiver. Nous avons eu le droit à une visite guidée de la ferme ainsi qu’une dégustation des différentes sortes qu’ils produisent, il y en a pour tous les goûts !

 

Enfin nous arrivons à Kep. Cette ville est quant à elle réputée pour son crabe bleu. Nous avons donc trouvé un bon petit restaurant pour goûter à ce fameux crabe ! Un délice ! Il est temps d’aller au lit car le lendemain nous embarquons pour l’île aux lapins « Koh Tonsay » (voir photo) qui se trouve à une vingtaine de minutes au large de Kep. Nous y passons une journée de rêve : soleil, cocotiers et baignade dans le golf thaïlandais où la température de l’eau est plus agréable qu’en Bretagne pour clôturer cette belle première semaine.