Vintage Factory : une nouvelle friperie à Concarneau

0
221
Vintage Factory

Vintage Factory est une friperie qui est ouverte depuis le 5 avril dernier dans le centre-ville de Concarneau. Finistère 2.9 est allé à la rencontre de Célia, créatrice de la boutique, qui est accompagnée par notre incubateur La Fabrik 2.9.

Célia, vous êtes créatrice de la boutique Vintage Factory. Pouvez-vous vous présenter et présenter votre parcours ?

Je suis Célia, je vais avoir 31 ans.  Ancienne crêpière, J’ai toujours travaillé en restauration. Depuis quelques mois, je suis en reconversion professionnelle pour la création de ma boutique. L’an passé, j’ai fait une formation de 5 mois en création d’entreprise avec la coopérative d’activités d’emploi Chrysalide. C’était une formation dans le cadre de l’Economie Sociale Solidaire et du Développement Durable.  Mon projet correspondait bien à la formation puisque ce que l’on propose est du réemploi. Ce sont des vêtements de seconde main ou plus. La boutique est ouverte depuis début avril.

Comment est née l’idée de créer cette boutique vintage ?

J’ai toujours aimé la mode et encore plus tout ce qui est ancien, que ce soit les vêtements, les objets… J’adore aller dans les trocs et puces, les brocantes. Chez moi il n’y a rien de neuf, pas même les meubles. J’aime bien tout ce qui a une âme, et les vêtements ça en fait partie. J’aime bien l’histoire qu’ils peuvent avoir. Même si on ne connaît pas celle de tous les vêtements qu’on peut avoir ici, on sent qu’il y a quelque chose et ce sont des vêtements qui sont encore en super état.

Avez-vous entrepris ce projet seule ?

Au début j’étais seule, puis mon compagnon Guillaume a cru au projet et m’a aidé, notamment financièrement. Nous sommes associés mais il a conservé son emploi à côté. C’est donc aussi grâce à lui si j’ai pu ouvrir cette boutique.

Quelle est votre cible de clientèle ?

Au début, le cœur de cible était les jeunes âgés entre 15 et 20 ans ; la friperie correspond à leur façon de s’habiller. Mais je me rends compte qu’on a des personnes de tout âge qui viennent donc c’est encore mieux ! Ça peut aller du jeune de 15 ans aux parents qui veulent offrir quelque chose à leurs jeunes, et aux plus anciens à qui la boutique rappelle une certaine nostalgie de ce qu’ils portaient avant.

Pourquoi avoir choisi la ville de Concarneau pour implanter la Vintage Factory ?

J’y habite déjà donc c’est une question pratique. J’aime beaucoup cette ville et il y avait un manque sur le territoire. Il y a la friperie solidaire sur Concarneau qui fait très bien son travail mais c’est autre chose. Elle marche par dons ; les gens donnent leurs vêtements et la friperie revend les affaires à moindre coût. C’est différent donc on se complète. Nous, on achète des lots de friperie aux fournisseurs et ensuite on sélectionne ce qu’on veut vendre pour garder l’esprit de la boutique. Les vêtements que l’on ne veut pas sont donnés à la friperie solidaire ou à Emmaüs.

Vous êtes lancée depuis moins d’un mois. Avez-vous eu des premiers retours ?

On a de très bons retours. On a une clientèle plutôt féminine mais ce n’est pas flagrant. Beaucoup de personnes me disent qu’une boutique comme celle-ci manquait sur Concarneau. Les prix que je pratique ne sont pas chers. Les jeunes qui s’y connaissent bien, qui vont dans les friperies, dans les grandes villes etc. disent que l’on n’est pas cher comparé à d’autres. On voulait que ça reste abordable tout en restant dans nos frais.

Les vêtements que vous vendez viennent d’où ?

Il y a beaucoup de choses que j’ai « chiné », c’est-à-dire que je fouille, je vais chercher à droite à gauche ;  et sinon je travaille avec des fournisseurs de fripes, qui eux récupèrent des vêtements qui peuvent venir des Etats-Unis, du Japon. C’est déjà trié par catégorie. Je commande les catégories que je souhaite et je reçois des lots de 25 à 50 kilos.

Pouvez-vous nous faire part de votre expérience ; avez-vous rencontré des difficultés ?

Je conseille vraiment la formation que j’ai faite l’an dernier. C’est une formation complète qui dure 5 mois à temps plein avec des stages. Cette formation m’a vraiment aidé car on a une soutenance et un dossier à faire ce qui a facilité les démarches de création d’entreprise auprès  de mon comptable, de mon banquier, et de tous les prestataires par la suite. Je n’avais plus qu’à piocher dans le boulot que j’avais déjà fait pendant les 5 mois donc c’était très pratique.

Les difficultés rencontrées sont multiples : trouver les fournisseurs, être prêt à temps… En fripe, il faut  un renouvellement très régulier des vêtements. Tous les jours il y a 2/3 jeunes qui viennent voir s’il y a des nouveaux vêtements ou accessoires. Il faut être à l’affût de chaque bonne affaire !

Auriez-vous 3 conseils à donner à quelqu’un qui veut entreprendre ?

Ne pas trop en parler au début car plus on en parle, plus les autres vont en parler autour de nous et moins on a de chances de concrétiser le projet. Aussi, il faut y croire à fond ! Enfin, il faut beaucoup de motivation et ne surtout pas lâcher face à la première difficulté.

Contact

Facebook

Instagram

Vintage Factory : 8 rue Dumont D’Urville, Concarneau

Téléphone : 09 83 31 93 63
vintagefactory.friperie@gmail.com