CANINE – Une rencontre au bout du monde

0
55
Canine

Nous avons rencontré Canine dans les coulisses de la 20ème édition du festival du Bout du Monde. Une belle rencontre que nous voulions vous partager.

FINISTERE 2.9 : Pouvez-vous décrire votre musique en quelques mots ?

CANINE : En quelques mots ce n’est pas évident… Je dirai que c’est une musique polyphonique avec de nombreux arrangements à cordes. Nous retravaillons le son et les voix de manière électronique afin d’apporter du contraste et des textures à la musique.

FINISTERE 2.9 : Quelles sont vos inspirations ?

CANINE : Différentes musiques m’ont beaucoup inspirées, chacune à sa manière : le jazz, par sa liberté de composition, la soul pour les voix et d’être dans une certaine vérité, enfin, le rap et l’électro pour pouvoir être dans une « pulse » qui soit physique et corporelle.

FINISTERE 2.9 : Vous avez commencé en diffusant vos morceaux sur internet, pourquoi ce choix?

CANINE : Je fais une musique qui n’est pas forcément formatée. Trouver des partenaires n’a donc pas été une chose évidente, surtout que je suis très « home studio », c’est à dire proposer une composition réalisée de A à Z. Le côté hyper positif d’Internet c’est qu’on va pouvoir diffuser ça. Être libre, ne pas attendre justement l’aval des professionnels qui ne sont pas forcément présents au début. C’est comme ça que les choses se sont faites petit à petit.

FINISTERE 2.9 : Le public a mis du temps avant de vous identifier clairement, vous avez volontairement cultivé le mystère, pouvez-vous nous expliquer vos motivations et votre histoire?

CANINE : Au début je n’avais pas envie de faire un projet qui soit comme tous les projets de pop qui sont basés sur l’image. J’avais envie que ce soit un projet qui défend des valeurs. J’avais envie aussi de retrouver de la sacralité dans la musique et dans l’art, des choses plus magiques que juste des images de mode. Donc je voulais créer autour de la musique, quelque chose qui ressemble à la musique dans la façon d’en parler, donc il y a eu le masque. Et le mystère, c’était aussi pour réveiller l’imaginaire, créer quelque chose de collectif.

FINISTERE 2.9 : Vous êtes un collectif de treize femmes, pouvez-vous nous raconter votre histoire?

CANINE : Canine, à la base, c’est un projet solo, que j’ai écrit il y a 4-5 ans. Petit à petit j’ai dépassé ma timidité et j’ai commencé à m’entourer, à en parler. Sur la scène on n’est que des femmes. Comme c’est moi qui chante toutes les voix de l’album, c’était obligatoirement des femmes qui devaient chanter sur scène. Je me suis demandé si je voulais faire comme dans tous les groupes quasiment où les femmes sont les chanteuses et les hommes ont les postes un peu viril comme la batterie, la contrebasse, etc.

Donc non, j’avais justement envie de créer quelque chose qu’on n’a pas l’habitude de voir, qui soit tourné vers le féminin dans tout ce qu’il a de complexe, de violent, de sensible, de fragile. Voilà, c’est ça qui m’a intéressé.

FINISTERE2.9 : Comment vous-êtes vous rencontrées et comment la collaboration a débuté?

CANINE : Les premières chanteuses ça a été celles avec qui j’ai fait un concert à l’église St Eustache à Paris en 2016. Ce concert a vraiment été un accélérateur pour Canine. Ensuite, pour les musiciennes, il n’y avait pas énormément de batteuses ou de contrebassistes femmes à Paris qui soient vraiment des professionnelles. Donc j’ai utilisé Facebook, j’ai regardé sur les réseaux sociaux, j’en ai parlé autour de moi, les gens m’ont conseillés. Toutes les musiciennes ont répondu présent. Je pense qu’elles avaient aussi envie de ça. C’était quelque chose qu’elles attendaient.

FINISTERE2.9 : Vous avez commencé sur internet, puis un EP et récemment un album, quand avez-vous commencé à vous produire sur scène ? Quel rapport entretenez-vous avec la scène ?

CANINE : On a fait un gros concert à Paris, au théâtre Marigny pour la réouverture du théâtre. On a invité beaucoup de programmateurs, de journalistes. Ça a été un coup de poker parce que c’est une date qu’on a joué à perte. Mon tourneur m’a suivi les yeux fermés, c’était très audacieux mais les programmateurs ont répondu présent, il y en a beaucoup qui sont venus. Il y a eu beaucoup de retombées presse, on a été invitées sur beaucoup de festivals et c’est génial. C’est une autre façon de faire vivre l’album. C’est génial, c’est les vacances pour moi, c’est les meilleurs moments.

FINISTERE 2.9 : En parlant de scène, à quoi ressemble votre été ?

CANINE : Pas mal de dates, des festivals complètement différents. Hier on était à Pornichet dans un festival très familial sur la plage. Avant ça on était à un festival en Normandie devant 10 000 personnes. Les Francofolies, on a joué dans un théâtre, donc c’est toujours des lieux très différents et c’est ça qui est génial. Surtout l’été, de jouer en plein air, de chanter en voyant le ciel, c’est magique.

Ce soir c’est notre dernier concert avant une coupure de trois semaines. On reprend fin août avec un festival à Lyon. Après on repart sur Paris, en Septembre avec des dates au Musée d’Orsay et à la Cigale en octobre.

FINISTERE 2.9 : Qu’est qui vous plaît dans le festival du Bout du Monde ?

CANINE : Déjà le nom, je trouve ça donne vraiment envie d’y aller. Le lieu est sublime, l’accueil aussi. Il y a énormément de bénévoles sur ce festival, je trouve que c’est génial. Ce sont des gens qui donnent de leur temps, de leur coeur pour que des choses un peu magiques puissent se produire. Et jouer sous un vrai chapiteau c’est hyper impressionnant.

FINISTERE 2.9 : Si vous deviez donner un conseil à un jeune qui rêve de se lancer?

CANINE : Je conseille de faire exactement ce qu’il veut et de ne surtout pas calculer. Les trois quarts des professionnels de la musique ne savent pas ce qui va marcher ou pas, on ne sait jamais. D’ailleurs « marcher » ça ne veut rien dire, parce que ce qui marche, quand on écoute la radio, ce n’est pas forcément très réjouissant.

Il faut vraiment travailler et croire en son projet sans faire aucun compromis. On est vraiment à une époque où tout le monde fait la même chose donc en faisant des choses différentes, on arrive à trouver des partenaires.

FINISTERE 2.9 : Quels sont vos projets à court termes et à long termes ?

CANINE : Oui carrément, pour moi Canine c’est évidemment un projet de musique à part entière. Le pilier c’est la musique mais à côté de ça je fais de la mise en scène au théâtre. J’ai envie de créer un spectacle qui soit autour de mon album, un spectacle chorégraphié avec des danseuses. Et parallèlement à ça, j’ai réalisé pour Arte Concert un programme qui sera diffusé en trois épisodes à la rentrée avec toute l’équipe de Canine. C’est un concept très particulier, dans un hangar. Donc la réalisation m’intéresse bien aussi.

Site Officiel