Locavore de Cornouaille : dynamiser l’économie locale

0
67
Locavore de Cornouaille

Un retour à la consommation locale, tel est le pari ambitieux du Quimpérois Steven Pennec, fondateur du site « Locavore de Cornouaille »

Steven Pennec a fondé fin 2015, le site « Locavore de Cornouaille », référençant un grand nombre de producteurs locaux afin d’inciter les particuliers à la consommation locale et saisonnière. L’initiative, d’abord lancé en Cornouaille, à tout de suite pris de l’ampleur. 9 autres sites se sont créés afin de référencer les producteurs locaux par zone géographique.

Fin 2018, Steven décide de migrer les 9 sites sur une seule et unique plateforme, pour faciliter les démarches. Grâce à son travail et l’aide d’une vingtaine de citoyens bénévoles, l’annuaire recense actuellement un peu plus de 150 producteurs locaux.

Une initiative locale en pleine croissance

Le projet grandit à grande vitesse : chaque semaine, plus de 10 producteurs bretons font leur apparition sur la plateforme. Pour chaque producteur, on retrouve toutes les informations qui pourraient être utiles au consommateur : la présentation du producteur, l’exploitation, les produits vendus, les valeurs véhiculées… Tous les producteurs sont acceptés sauf ceux qui pratiquent une agriculture hors sol. Il faut également pratiquer la vente directe auprès des consommateurs. Si ces critères sont respectés, le producteur rempli un formulaire d’inscription et créé sa propre présentation qui sera mise en ligne sur le site.

Depuis que le site a fusionné, le nombre de visiteurs ne cesse d’augmenter. Le site profite d’une visibilité accrue grâce aux médias, à Facebook, à la radio France Bleu Breizh Izel, aux articles qui paraissent dans les journaux : Côté Quimper,  Ouest France, Le Télégramme…

La tendance Locavore

De plus en plus de consommateurs aiment et consomment local. Les gens tiennent comptent du bien-être des animaux. « Cette prise de conscience s’est accentuée depuis que des images et vidéos chocs circulent sur les réseaux sociaux, montrant les conditions de vies abominables dans lesquels certains animaux sont élevés, notamment dans l’élevage intensif » souligne Steven.

Steven prend soin de rencontrer les producteurs présents sur le site de référencement. « L’avantage du Locavore c’est que le producteur est connu des consommateurs et à un contact direct avec eux ce qui crée du lien social. Il n’est plus dans l’anonymat et a donc un besoin de satisfaire » affirme Steven.

Pourquoi manger Locavore ?

Tout d’abord, être Locavore permet de limiter notre impact environnemental. En effet, manger local privilégie le circuit court et les transports sont nettement réduits. Egalement, d’un point de vue éthique, on respecte davantage les animaux : on sait d’où provient le produit, comment a été élevé l’animal et quels ont été ses conditions de vie.

« D’un point de vue nutritionnel, le produit est plus frais, meilleur pour la santé et d’une meilleure qualité ; le Locavore n’a que du positif. On dynamise l’économie locale et nos petits producteurs tout en faisant des économies. On pourrait croire que le Locavore est plus cher hors ce n’est pas du tout le cas. C’est 20 à 30% moins cher d’acheter chez les maraichers du coin. La totalité de ce que vous payez revient au producteur, contrairement aux achats de grandes surfaces. »

Les ambitions et objectifs du projet Locavore de Cornouaille 

Il faut savoir que c’est gratuit d’être présent sur l’annuaire. Ainsi, Steven ne retire aucun gain d’argent de ce projet. Cette année, Steven essaye de développer des partenariats de sponsoring sur le site internet pour pouvoir gagner de l’argent en contrepartie. La visibilité du site, en constante augmentation, peut lui permettre de monnayer de l’argent à plus ou moins court terme.

D’autre part, être locavore est une initiative perçue comme vieillotte. Ainsi Steven essaye de rendre la consommation locale plus appréciée des jeunes tout d’abord en alimentant régulièrement les réseaux sociaux. Le compte Facebook « Mangeons Local en Bretagne » atteint environ 9000 likes. La page Facebook tend à devenir plus attractive pour avoir encore plus de visibilité.

Egalement, la chaîne YouTube est en train de se développer : le but est de faire des vidéos de producteurs pour augmenter leur notoriété et être transparent vis-à-vis des consommateurs.

Enfin, Steven aimerait avoir recensé entre 250 et 300 producteurs d’ici fin 2019.

 

Pour retrouver davantage d’informations, rendez-vous sur le site internet : https://www.mangeons-local.bzh/ ou sur la page Facebook https://www.facebook.com/mangeons.local.bzh/