Les circuits courts : de nouveaux modes de consommation

0
283
Les circuits courts : de nouveaux modes de consommation

De plus en plus de consommateurs se préoccupent de la qualité de leur alimentation et aiment savoir ce que contient leur assiette, tant au niveau de la composition que de la provenance des produits. Aujourd’hui, le bien-manger est bien plus qu’une mode, c’est aussi bon pour la santé, bon pour l’économie locale, mais aussi pour les relations humaines. C’est pourquoi, les circuits courts ont plus que jamais le vent en poupe. Tout ce qu’il faut savoir sur ce nouveau mode de consommation.

Les nombreux atouts du circuit court

Le circuit court, défini par l’administration, est un mode de vente directe, allant du producteur au consommateur, avec tout au plus un seul intermédiaire. Cette pratique, qui valorise les produits frais du terroir, existe surtout dans le domaine de l’agriculture, avec la vente de légumes, fruits, œufs, produits laitiers, miel, confitures, viande…

Des avantages économiques et environnementaux

Le circuit court présente de nombreux avantages à la fois économiques et environnementaux. En effet, il implique la suppression des coûts de marketing, d’emballage, de distribution, de transport… et donc moins de déchets et la réduction de l’impact carbone sur la planète. De plus, avec la suppression des intermédiaires, l’achat direct auprès des producteurs contribue à une rémunération plus juste de ces derniers, tout en soutenant l’économie locale. Ce mode de consommation reprend donc les principes de l’économie solidaire et du commerce équitable.

Des bénéfices pour la santé et pour l’humain

Comme un retour aux sources, le consommateur se déplace facilement pour faire ses courses auprès des petits producteurs locaux. Pourquoi privilégie-t-il de plus en plus ce mode d’achat ? Parce que c’est un gage de fraîcheur et de qualité, à l’heure où les nutritionnistes prônent la consommation de produits non transformés. Les aliments ont davantage de goût, et le Bio est majoritairement présent.
Manger des fruits et légumes de saison correspondant aux cycles de la nature fait aussi partie des préoccupations actuelles pour préserver la santé et la planète.
En privilégiant le circuit court, le consommateur obtient la garantie d’une transparence, liée à la traçabilité des produits. Les échanges humains sont plus directs avec le producteur et une relation de confiance se développe de par, entre autres, la proximité.

Les différentes formes de circuits courts

Les producteurs et les consommateurs ne manquent pas d’idées pour favoriser les circuits courts.

La vente à la ferme

De plus en plus d’agriculteurs ouvrent leur exploitation à la vente directe. Il s’agit du circuit le plus court possible puisque le consommateur acquiert ses produits directement où ils sont « fabriqués », le nec plus ultra étant de voir les vaches à l’origine de vos yaourts. La production artisanale est ainsi valorisée et les liens entre le client et le producteur sont totalement transparents.

La vente sur le marché

Aller au marché représente une occasion de promenade et d’échange direct avec les producteurs qui vendent eux-mêmes leurs « récoltes ». Les prix sont très variables d’un producteur à l’autre, mais il est possible de trouver des aliments défiant toute concurrence. Pas de coût d’emballage ni de marketing, voire une absence de sacs. Pensez à apporter votre caddie.

Les AMAP ou ventes au panier

Pionnières du circuit court, les associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (AMAP) proposent des paniers de produits de saison, issus d’une exploitation locale, moyennant un abonnement au mois ou à l’année. Des lieux et des rendez-vous fixes sont déterminés où les membres de l’AMAP s’occupent de la distribution. Vous y récupérez un panier « surprise » dans lequel vous trouvez une quantité déterminée de légumes et / ou fruits, qui sont en fonction de ce que le producteur aura récolté, et donc aussi en fonction de la saisonnalité.

Les lieux de vente collectifs

Grâce à cette formule, les producteurs placent leurs produits dans des points de vente coopératifs, du style Biocoop, ce qui permet de proposer davantage de choix au consommateur.

Les drives fermiers

Les drives fermiers commencent à se développer peu à peu. Des agriculteurs se regroupent pour vendre leurs produits. Ils offrent deux possibilités au client : soit ce dernier vient en magasin sur des créneaux horaires limités, soit il passe ses commandes sur Internet puis vient les chercher en magasin, selon le même principe que les drives des hypermarchés.

La vente en ligne

Ce mode de consommation est très pratique pour les actifs pressés mais aussi pour l’organisation de l’exploitant ; il suffit de se rendre sur le site du producteur ou de l’association de producteurs.

De nouveaux concepts

Avec le supermarché coopératif, le circuit direct va encore plus loin au niveau de l’auto-gestion et des ressources humaines. En quoi cela consiste ? Le supermarché appartient à ses usagers, qui sont aussi ses premiers clients. Pour ce faire, ils ont acheté des parts du magasin et donnent quelques heures de leur temps chaque mois pour le faire fonctionner. Ce sont les coopérateurs eux-mêmes qui décident des produits qu’ils achètent : le frais, le bio, l’éthique et le local sont privilégiés. Ce sont eux qui effectuent également la mise en rayon, la vente, la passation de commandes. Les bénéfices réalisés par le magasin, à but non lucratif, sont redistribués pour son fonctionnement. Ce type d’organisation permet une rémunération plus juste des producteurs. Le seul bémol est qu’elle reste en circuit fermé puisqu’elle n’est ouverte qu’à ses coopérateurs (à l’inverse d’une Biocoop). Vous ne pourrez en être client qu’à condition d’avoir acheté des parts (80 € minimum).

Ainsi, le modèle des circuits courts suscite un réel engouement. Non seulement il apporte des solutions qui font vivre les petits producteurs et les artisans de proximité mais encore il contribue à la santé des consommateurs et à celle de la planète. Cette nouvelle manière de consommer qui fait la part belle au bien manger est certainement amenée à se développer.

Quelques adresses utiles dans le Finistère

Voici une liste non exhaustive d’acteurs de circuits courts.

https://www.mangeons-local.bzh
https://laruchequiditoui.fr/fr
http://www.les-fermiers-du-net.com/
http://www.voisinsbio.fr/
https://www.bienvenue-a-la-ferme.com/
https://www.consommer-local.fr/
http://www.mescarottes.com/
https://locavor.fr/
https://www.acheteralasource.com/
https://www.mon-panier-bio.com/
http://www.civam-bretagne.org/files/fil_bd/CC/Etatdeslieux_Circuits_courts_web.pdf

Groupe Facebook Sud Finistère – Portage solidaire :  3BS Portage Solidaire

Autres articles