Rencontre avec Rom’one – Artiste graffeur et toiles urbaines 3D

FINISTERE 2.9 eleet-80x80 Rencontre avec Rom'one - Artiste graffeur et toiles urbaines 3D
E-leet, l’entreprise spécialisée dans l’informatique et le covering
19 décembre 2017
Tout afficher

Rencontre avec Rom’one – Artiste graffeur et toiles urbaines 3D

FINISTERE 2.9 romain-1200x480 Rencontre avec Rom'one - Artiste graffeur et toiles urbaines 3D

FINISTERE 2.9 : Rom’one Artist Breton

L’équipe FINISTERE 2.9 est partie à la rencontre de Rom’ one artiste Breton.

C’est dans son atelier à Guipavas, que Romain nous raconte ces premiers pas dans le domaine du graffiti. Des débuts qui lui permettent aujourd’hui d’exposer ses œuvres dans différents endroits du Finistère. 

Romain, a commencé à peindre et créer toutes sortes d’objets étant petit. Comme il le dit lui-même, ses parents lui ont laissé la liberté de jouer avec différentes matières et lui ont apporté un attrait pour le domaine artistique. À son adolescence, son intérêt a très vite croit envers le style street et hip-hop. Les premiers graffs en vandale, notamment avec le crew Autist Bomberz ont commencé. Pourquoi ce nom de crew ? Peut-être car le graffiti représente une échappatoire ; une sorte de bulle les 10 membres du groupe. A l’époque, il s’agissait d’un art pas facile à comprendre ou apprivoiser. Désormais, de nombreuses structures s’ouvrent davantage à cet « art de la rue ». 

Puis, passé la période street style, le jeune breton à décidé de mixer ses compétences artistiques avec ses passions personnelles. Désormais, ce n’est plus tant sur les murs qu’on retrouve la patte de l’artiste, mais davantage sur des supports 3D. Parmi ses créations, on trouve de nombreuses figurines appartenant au domaine fantastique tiré de jeux vidéo : Batman, Starwars, Les gardiens de la galaxie… des personnages de légende.

A contrario, Romain réalise des toiles 3D très modernistes : des toiles abstraites avec intégrations d’objets de société très actuels : enceinte blutooth, talons aiguilles, cadre photos, bombes vides… L’idée était de recycler les choses, et ainsi, leur donner une seconde vie. Cette contradiction d’oeuvres, Rom’one l’avoue lui-même : elles correspondent à mon état d’esprit. Une certaine nostalgie du passé, du domaine de l’enfance tout en se tournant vers le futur.

Des créations qui définissent son histoire au fur et à mesure de son évolution artistique, mais surtout, personnelle.